Collaboration K.Deneufchatel x Low Impact
Partager

La collaboration K.DENEUFCHATEL x LOW IMPACT

On est peut-être en été mais on te conseille de garder ton T-shirt sur le dos. Le tien commence à vieillir ? Pas de panique ! Low Impact t’a préparé une nouvelle collaboration artistique et donc un nouveau T-shirt à gagner. Ce mois-ci c’est l’illustrateur K.Deneufchatel qui s’est inspiré des valeurs locales, sociales et durables de la marque-label pour créer un visuel exclusif. Une histoire entre rêve et cauchemar qu’on vous décrypte ici ! 

Low Impact recherche ses artistes dans la presse. 

Choisir de réaliser ses rêves. 

Si vous ne connaissez pas encore Kevin Deneufchatel, on vous invite à plonger vos yeux dans la presse, car c’est là que vous y retrouverez son travail ! Un journaliste ? Non, mais on y est presque. Le cœur de métier de Kevin est d’illustrer les mots de ceux qui investiguent. Il est illustrateur de presse. Si on utilise la machine à remonter le temps.

Deux ans en arrière, ce n’est pas dans les journaux qu’on le trouverait ! À cette époque, Kévin travaillait dans le milieu de la communication. Pendant plus de 10 ans son métier lui a permis d’améliorer ses compétences graphiques. Une forme d’art qui, au fil des années, a perdu du sens à ses yeux. Kévin choisit de se reconvertir en illustrateur de presse pour revenir à ses amours de jeunesse : le dessin. 

Un artiste un peu particulier.

Si plus petit, Kevin s’inspirait des super-héros pour créer ses propres bandes dessinées, sa spécialité est aujourd’hui de traduire des mots en images. Si Ster s’appliquait à créer son identité en écrivant son blaze, K.Deneufchatel s’applique lui à retranscrire l’ensemble des nuances que peut avoir le sens des mots. Un métier artistique auquel on ne pense pas toujours, et qui est pourtant d’une importance cruciale dans la création d’un univers graphique.

Pour un artiste, illustrer la presse est un exercice complexe. Il faut savoir jongler avec les contraintes et surtout être réactif pour rester en phase avec le calendrier des publications. Une gymnastique artistique qui demande à K.Deneufchatel, une inspiration sans faille, toujours prête à réagir, sur tous les sujets. Pour sa collaboration, l’illustrateur a pu profiter d’une plus grande liberté : celle de raconter sa propre interprétation des valeurs Low Impact. 

Collaborer c’est apprendre à mieux comprendre l’autre. 

K.Deneufchatel est un maître pour traduire les idées en images. Pour illustrer les valeurs de Low Impact, il a dû, dans un premier temps, rechercher le sens du projet ainsi que la nécessité d’acteurs comme Low Impact dans la mode de demain.

Voyages de milliers de kilomètres pour un simple T-shirt et empreinte carbone qui touchent des sommets (ou plutôt des profondeurs), il n’a pas tardé à prendre conscience que Low Impact souhaitait proposer une alternative locale, sociale et durable, à ce fonctionnement qui ne peut plus durer. Le T-shirt Solidaire Low Impact une alternative en 3 points :  

Une production Locale. 

Tout a été imaginé pour que le circuit de production du T-shirt Low Impact ne dépasse pas les 5000 km. Depuis la production de sa fibre de coton, jusqu’à son emballage. Le coton est cultivé en Grèce, le pays producteur de coton le plus proche de France. Le T-shirt est ensuite confectionné en France, au sein de 13 ateliers de l’économie Sociale et Solidaire (pour ceux qui auraient besoin d’un rattrapage sur la signification de terme, retrouvez notre article juste ici) ce qui nous emmène au second point. 

Une production à la conscience Sociale. 

Produire du coton en Grèce est avant tout pour Low Impact, une manière de s’assurer des conditions de travail des agriculteurs avec lesquels elle collabore. Favoriser des pays dont les législations protègent les travailleurs. C’est aussi pour cette raison que les T-shirts sont confectionnés en France, au sein des ateliers Résilience oeuvrant dans l’économie sociale et solidaire. Tous les ateliers qui confectionnent le T-shirt Low Impact sont engagés dans l’insertion et la formation de nouveaux talents aux métiers de la confection. Des personnes éloignées de l’emploi ou en situation de handicap qui retrouvent, grâce à cet apprentissage, la fierté de maîtriser un savoir-faire raréfié en France. 

Une production plus Durable pour l’environnement et l’humain. 

En plus de réduire les distances, Low Impact a choisi le transport ferroviaire pour faire voyager sa matière première. Le moyen de transport le moins polluant aujourd’hui. Le poids du transport sur la planète est donc réduit. Low Impact va plus loin en développant un partenariat avec la coopérative agricole grecque qui cultive son coton. La marque-label s’est engagée à utiliser des énergies renouvelables pour la production de leur matière première. Elle accompagne également la coopérative dans une transition vers une culture biologique. D’un autre côté, Low Impact développe également de nouveaux textiles à base de matières recyclées ou de plantes moins gourmandes en énergie que le coton. 

Locale, sociale et durable, Low Impact met tout en œuvre pour que l’industrie du textile et de la mode ne soit pas à l’origine de la catastrophe que K.Deneufchatel nous raconte dans son illustration. 

Le visuel de la collaboration K.Deneufchatel x Low Impact

Du rouge, de l’orange, du magenta. Que des tonalités chaudes qui nous transportent dans un monde brûlant. Un monde qui, on le comprend en voyant les buildings effondrés, a déjà connu l’apocalypse. Une histoire dystopique dont la seule lueur d’espoir est ce T-shirt Blanc, immaculé, dominant avec légèreté le paysage. 

Illustration réalisée autour des valeurs de Low Impact dans le cadre de leur collaboration
Illustration par K.Deneufchatel

Un monstre ou peut-être un Super Héros !

L’histoire que nous raconte K.Deneufchatel a plusieurs sens. À sa première lecture, on voit un monde mort, détruit et sacrifié sur l’autel de la mode, pour un simple T-shirt Blanc. L’artiste souhaite dénoncer les ressources naturelles exploitées et gâchées pour ce vêtement. Pour nourrir le monstre d’une demande exponentielle qui ne se contente jamais : celle de la consommation. Une histoire qui nous rappelle celle de notre ami Cerrone qui nous a inspiré ce magazine SUPERNATURE ! Ici on aime rester positifs et on adore les Super-héros alors on préfère se dire que ce T-shirt qui vole comme la cap de Superman, est notre sauveur. Un T-shirt qui nous évite le futur tout tracé d’un monde en décomposition :  le T-shirt Solidaire Low Impact.

Chanel est de la partie. 

La seconde interprétation de l’illustration trouve son inspiration les mots (décidément K.Deneufchatel adore illustrer des mots) de la célébrissime Gabrielle Chanel «  La mode passe, mais le Style reste ». Ainsi, le T-shirt se place comme un indémodable de notre garde-robe. Il le restera quoi qu’on puisse faire « Le monde passe, mais le T-shirt reste ». Comme une forme d’iconisation d’un mode de vie humain qui subsistera bien plus longtemps que les immeubles qui dénaturent nos paysages. Comme le futur fossile d’une civilisation en voie de disparition… mais là on commence à aller trop loin. Après tout, c’est pour ça qu’on aime tant l’art ! 

La Collaboration K.Deneufchatel x Low Impact nous met face à nos consciences de consommateurs. Ce visuel nous place directement face aux effets que peuvent avoir nos choix. Si comme nous, vous avez fait le choix d’adorer ce T-shirt, sachez qu’une édition limitée de 10 T-shirts K.DENEUFCHATEL x Low Impact seront à gagner sur les compte Instagram de la marque et de l’artiste du 21 et 28 juillet 2021 ! 

Partager