Partager

Attrapez-les tous ! Les 5 personnages en T-shirt Blanc.

Le saviez-vous ? Le T-shirt blanc est parfois ce qui vous rapproche le plus de vos héros d’enfance. Pour vous le prouver, on vous ramène quelques années plus tôt, à l’heure de KD2A, TFOU et M6Kids. Mettez-vous dans l’ambiance, servez-vous un bol de Nesquik, c’est parti pour le High Five des meilleurs personnages de dessins animés en T-shirt blanc.

Martin Mystère, le T-shirt sous la chemise.

Collage du personnage de Martin Mystère.
Sources : collage par Sara Tantane

Avec sa chevelure aussi flamboyante que sa chemisette et sa carrure d’athlète, on oublierait presque qu’il n’a que 16 ans. Un ado avec un job d’agent secret et une montre-gadget Chrono-Scan, certes, mais un ado quand même. Jeune et déjà dragueur invétéré, c’est donc habillé de son t-shirt blanc, de son pantalon cargo et de ses baskets qu’il part à la recherche d’extraterrestres cachés dans des lieux chelous. Tout ce qu’il y a de plus normal pour une série fantastique, me direz-vous, mais là où elle devient intéressante c’est dans son sens aiguisé du style du personnage. Martin nous fait toujours penser, 18 ans plus tard, à Raphaël, ton cousin de terminal, fan de Supreme et skateur semi-pro. 

Helga Pataki, le T-shirt sous la salopette.

Collage de Helga Pataki voyant un T-shirt Blanc dans ses jumelles.
Sources : collage par Sara Tantane

Hé Arnold c’est la base. L’une des séries les plus suivies du milieu des années 90. Seule raison pour laquelle on était excités de se lever aux aurores avant d’enchainer sur le cours de techno de Monsieur Lesueur. Aux côtés de ce personnage principal haut en couleurs, on se remémore cette petite blonde aux couettes droites et à la moue boudeuse. Helga était celle qu’on aimait détester. La « frenemy » idéale avec laquelle Arnold entretenait une relation classique et compliquée, à base de « qui aime bien châtie bien ». Pourtant, au fil des saisons, on s’identifie à son manque de confiance et on finit par s’attacher à son fort caractère. Et puis soyons honnêtes, son style robe chasuble/t-shirt blanc, on l’a tous porté, ou tous connu. Outre sa qualité de modeuse, Helga reste également un véritable modèle de persévérance puisque n’oublions pas qu’à la fin, c’est elle qui a terminé en couple avec Arnold. 

Sacha, le T-shirt dans la Pokeball.

Collage de Sacha, personnage principal de la série Pokemon, dans une pokeball, au coeur de la voie lactée.
Sources : collage par Sara Tantane

Si vous ne vous souvenez pas de Sacha, ce dresseur de Pokemon en devenir maladroit à souhait, vous vous rappellerez surement de son acolyte jaune à l’humeur électrique : Pikachu. Lui, c’était casquette vissée sur la tête, veste sans manche et bermuda un brin ringard. Si l’uniforme de ce héros potache ne faisait pas rêver, pourtant son éternel t-shirt blanc lui donnait un look. Ce truc en plus hyper attachant, auquel tous les jeunes garçons, filles et tomboy s’identifiaient.

Doug, le T-shirt sous le pull sans manches.

Collage du personnage de Doug.
Sources : collage par Sara Tantane

À l’époque, on rêvait tous d’avoir un pote comme Doug. Timide, drôle, sensible et fidèle, il était de ceux qui laissent un souvenir ému. On adorait le voir galérer autant que nous en amour, le regarder se confier à son meilleur ami surdoué dénommé Moustic et surtout promener son chien bleu aussi à l’aise sur 2 pattes que sur 4. Un scénario digne d’un trip sous acide mais qui lui donne tout son charme. Côté look, bien qu’un peu geek, il revient à la mode cette année avec son pull tricoté sans manche sobrement porté sur un t-shirt blanc. Simple et efficace.

Charlotte Spitz, le T-shirt au dessus du nombril.

Collage de Charlotte Spitz, personnage principal de la série "sourir d'enfer"
Sources : collage par Sara Tantane

Première héroïne de dessin animé à porter un appareil dentaire, Charlotte Spitz de Sourire d’Enfer était et restera prescriptrice de tendances. À la pointe de la « girl attitude », (à l’exception de son téléphone à clapet à remplacer par un Fairphone), son crop top et vernis rose, font d’elle “l’ado parfaite”. Diffusé en 2001, on l’imagine pourtant aujourd’hui tenir tête à ses parents, danser sur Tik Tok et envoyer des messages à ses crushs sur « Askip ». Elle assumait même le t-shirt court avant qu’il ne fasse polémique à l’entrée des écoles. On exige un reboot, un point c’est tout.

Partager