Partager

SUPERNATURE, c’est ça.

Superman. C’est un héros. C’est écrit dans ses gènes. Il est fait pour défendre l’humanité. Pour protéger les vies humaines et combattre les méchants avec un slip rouge, bien moulant. Telle est sa mission, mais il a beau être un surhomme, lui aussi ça lui arrive de galérer un peu. Lui aussi a ses faiblesses. Vous savez, ce truc vert qui le rend impuissant (on ne saurait lui conseiller la pilule bleue pour conjurer le mauvais sort, mais là, on s’égare). Un peu comme George empoisonnait Rex dans la première saison de Desperate Housewives, donnez tous les jours, à Superman, un milligramme de kryptonite et il finira par passer l’arme, et surtout la cape, à gauche. R.I.P Clark, tu nous manqueras. 

On a pris l’exemple d’un personnage fictif (désolé pour ceux qui croyaient encore que Superman pouvait exister) cependant, dans notre vie de tous les jours, notre super héroïne à nous, se fait bien empoisonner et cette fois-ci, ce n’est pas pour du beurre ! Enfin si, d’une certaine façon, c’est un peu pour du beurre, mais pas que. Notre protectrice au quotidien c’est bien sûr notre mère Gaïa, notre mère nature, notre Pachamama, notre planète nous avons nommée : la Terre. Super puissante, elle nous a fait naître et en tant qu’enfants bien ingrats, nous la prenons pour acquise. À ce titre, nous la détruisons à petit feu depuis notre naissance, et, pour rester sur la métaphore, à plus grands incendies ces derniers siècles. Tout ça pour consommer plus de beurre et tout genre de produits pas forcément bons pour nous. 

Nous en parlons sur un ton léger, mais ce constat nous inquiète. Nous avons conscience qu’il est déjà tard, mais comme le dit le célèbre dicton : « qui ne tente rien n’a rien », nous avons donc décidé de nous lancer et de partager avec vous notre transition vers des habitudes plus durables tournées vers le respect de la nature, mais également vers le respect de l’humain. Personne n’est parfait. Même nous, nous sommes en train d’apprendre. Dans notre média nous souhaitons donc normaliser, ensemble, des habitudes éthiques autour de ce que l’on connaît. Notre univers c’est la mode, la France et la pop culture. C’est ça notre SUPERNATURE. 

SUPERNATURE,
ou quand « We would feed the hungry field. »
devient “ We would field the hungry minds !”

On ne peut pas s’appeler Supernature sans penser à Marc Cerrone et son célèbre titre made in 70’s. Une chanson écrite en Français puis traduite en Anglais rapidement devenue un hit interplanétaire. Il y a maintenant plus de 40 ans, nous avions déjà conscience que notre mode de vie allait devenir problématique. Supernature nous raconte, attention spoiler, l’histoire d’un monstre issu de l’activité humaine qui se retourne contre son créateur. Ça ne vous rappelle rien ? Nous, ça nous rappelle un monstre-virus apparu en 2019 à Wuhan. Mais on va faire comme dans Harry Potter et taire le nom de notre ennemi. Lisons plutôt ce couplet révélateur signé Cerrone. On vous laisse y comprendre ce que vous voudrez.

« Better watch out
There’s no way to stop it now
You can’t escape it’s too late
Look what you’ve done
There’s no place that you can run
The monsters made, we must pray
Supernature, supernature, supernature »

Supernature – Cerrone

On espère que vous prendrez autant de plaisir à nous lire que nous prenons du plaisir à vous écrire.  
On se dit à bientôt, 

⁃ SUPERNATURE

Partager